1867

«Le 16 mai, la municipalité de Saint-Sauveur est érigée. Son territoire faisait auparavant partie de la municipalité de paroisse de Saint-Roch Sud.» (source : Jean-Marie Lebel, Québec 1608-2008; Les chroniques de la capitale, Septentrion, 2008)

«(...) alors que Québec n'était qu’un comptoir commercial pour la traite des fourrures, Samuel de Champlain mit en réserve la plaine boisée du quartier Saint-Sauveur sur laquelle il planifiait ériger la capitale de la Nouvelle-France qu’il nommerait Ludovica. Dès 1620, les moines Récollets, premiers missionnaires de la Nouvelle-France, y firent construire une chapelle et un couvent à l'emplacement de l'actuel Hôpital-Général.

(…) en 1692 Monseigneur de Saint-Vallier, alors évêque de la jeune colonie, achète les installations délaissées par les Récollets depuis quelques années pour y fonder l'Hôpital-Général qu'il confie aux Augustines. Ce site constitue le noyau à partir duquel le développement a été initié dans Saint-Sauveur.» (source : Histoire de raconter; le quartier Saint-Sauveur)

Voici raconté différemment l'évolution de Saint-Sauveur : «Dans la cité de Québec. Adresse: 15 rue Massue. Les registres de la paroisse s'ouvrent en l'année 1845. Le territoire de cette paroisse a été détaché de la paroisse de Saint-Roch-de-Québec. La paroisse a d'abord été desservie par l'un des vicaires de la paroisse de Saint-Roch. Le 14 octobre 1853, les RR.PP. Oblats, à titre de desservants, vinrent résider à Saint-Sauveur pour prendre charge de l'église qui avait été inaugurée le 29 juin 1853. Ce n'est qu'à partir de 1867 qu'ils prennent le titre de curés. Érection canonique: 28 février 1867. Érection civile: 16 mai 1867. Le territoire de cette paroisse est compris dans la ville de Québec par l'Acte 56 Vict. chap. 50. Pour description, voir M. et P. de Deschamps, page 1051. Avant son érection canonique, la paroisse portait le nom de «Boisseauville», en souvenir de feu Pierre Boisseau qui avait donné les lots sur lesquels l'église est construite. Le nom de Saint-Sauveur a été donné au quartier de la ville où se trouve cette paroisse, en souvenir de l'abbé LeSueur, de Saint-Sauveur, qui vint au Canada en 1634, avec Jean Bourbon. Ensemble, ils défrichèrent une partie du côteau Sainte-Geneviève, sur le chemin Sainte-Foy. Comme Monsieur LeSueur venait de Saint-Sauveur de Thury, en France, les Canadiens lui donnèrent le nom de M. de Saint-Sauveur. Pop. 14,732. (Source: Magnan, Hormisdas, Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la Province de Québec, 1925, p.673)» (source : Originis)